Un papyrus rustique

IMG_2988Voilà encore une jolie plante à essayer au jardin : le papyrus rustique, Cyperus alternifolius. Peut-être en avez-vous une touffe à la maison : vous passez votre temps à l’abreuver car elle absorbe son eau en 2 temps 3 mouvements ; elle devient vite volumineuse, a des tiges qui se dessèchent, non vraiment, à la longue, ce n’est pas à la maison que cette plante est la plus belle. Contre toute attente, cette belle exotique aquatique ou semi-aquatique pousse parfaitement bien dans un bassin (suffisamment profond pour que sa souche ne soit pas touchée par le gel) et….en pleine terre ! Dans un coin un peu abrité du jardin, ou près d’un mur, sa souche volumineuse devient vite increvable et brave toutes les froidures. Mes parents en ont un pied dans un massif près de la maison depuis bientôt 30 ans : fidèlement, quelque soit la rigueur de l’hiver, les tiges caractéristiques du cypérus repointent le bout de leur nez tous les printemps. Ici aussi, dans notre jardin d’épices, on en cultive un pied en pleine terre depuis bientôt 2 ans, sans soucis, mais avec un paillage l’hiver quand même, par acquis de conscience.Il y pousse moins vite que dans l’eau du bassin, mais il forme une belle touffe en fin de saison. Evidemment, le gel le rabat tous les ans, en terre ou dans l’eau, ce qui fait qu’il reste moins haut que dans les régions où il ne gèle pas.

Un peu d’histoire

Souvent communément appelé “papyrus”, le Cyperus alternifolius n’est pas le vrai papyrus, celui qui pousse au bord du Nil et dont les égyptiens faisaient le papier. Les deux plantes sont certes cousines et de la même famille, celle des cyperacées ;  le vrai papyrus se nomme  : Cyperus papyrus. Malheureusement, il n’est pas rustique du tout et doit être hiverné à l’abri du froid. Notre papyrus rustique lui, est originaire de Madagascar et d’Afrique de l’est. Ses origines rendent surprenante sa bonne rusticité.

 

Culture

IMG_2987Le papyrus rustique est très facile de culture. Il se reproduit facilement par division des touffes ou par bouturage. Il suffit dans ce dernier cas de prélever une feuille avec un morceau de tige, de retourner le tout dans un ver d’eau et hop! Au bout de quelques semaines apparaissent des racines, il n’y a plus qu’à rempoter. Ne livrez pas à la pleine terre des plantes trop jeunes : renforcez-les pendant quelques mois à la maison. Plantez la souche profondément, dans une terre riche et restant fraîche l’été. Une fois bien enracinée, la plante supportera même des périodes de sécheresse. Réputée rustique à -8°C, réservez lui un emplacement pas trop glacial en hiver. Un bon paillage en plus, et ce joli papyrus tiendra bien au delà de sa réputation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *