Un hiver bien froid !

Voilà un hiver bien froid, comme on n’en a pas eu depuis plusieurs années. Le dernier hiver un peu méchant remonte à 2012. Question froid, on est à peu près dans le même registre au niveau des températures à un détail près. En 2012, il y avait de la neige au moment où il faisait le plus froid. La neige joue le rôle d’un isolant. Il peut faire très froid, mais quand le sol est recouvert d’une bonne couche de neige, cela protège le sol et renforce l’effet des paillages.

Cette année, on a du grand froid mais pas de neige. La température la plus basse a été de -11°C sous abri. Avec la bise qui a soufflé quelquefois, on a atteint les -15°C  à -16°C en température ressentie. Une partie du jardin, à l’ombre d’un grand bâtiment en cette saison où le soleil est bas, n’a pas connu de dégel depuis plus d’une semaine.

L’heure de vérité

Pour de nombreuses plantes du jardin, le printemps prochain sonnera l’heure de vérité. Pour certaines, comme les phormiums par exemple, on sait que le danger commence vers -10°C. Ils sont aujourd’hui bien emmaillotés dans les voilages d’hivernage. L’expérience m’a montré que même si toute le partie aérienne gèle, ils sont capables de repartir de souche, même après des froids beaucoup plus intenses. Je n’ai pas d’inquiétude pour eux. En revanche, de nombreux hédychiums et cannas sont vendus en affichant des limites de rusticité alléchantes. Même s’ils sont aujourd’hui bien paillés, on verra si ces niveaux de résistance se confirment. Au printemps prochain, nous ferons le point et nous verrons ce qu’il en est des hédychiums, des cannas, des cordylines, des tétrapanax, des colocasias…

La limite de froid a été atteinte pour le gardenia “Kleim’s hardy” et le yuzu (-12 à -15°C), mais pas pour le gardenia “Summer snow”(-18°C). On verra si les lauriers roses et les callistémons rustiques sont vraiment rustiques…

Quelques pertes à prévoir

Cependant, même si tout le jardin est recouvert d’une épaisse couche de compost ou sous des voilages, je m’attends à un peu de casse. Tous les ans, j’installe de nouvelles plantes et il y a fort à parier que ces petites nouvelles de l’été dernier ne passeront pas l’hiver, faute d’un enracinement suffisant. Je crains notamment pour les jeunes bananiers sikkimensis “Bengal Tiger”, “Red dragon”. Mais allez savoir, j’aurai peut-être de belles surprises ?

Mais c’est ça aussi l’objectif du jardin, sélectionner les plantes les plus résistantes pour notre climat. Alors, rendez-vous au printemps 2017 pour le bilan de l’hiver !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *