Créer un potager

Comment créer un potager, et si possible un potager écologique ? Cette page va essayer de vous y aider.

Pour avoir des légumes, il faut bien commencer par quelque part, et ce quelque part, c'est la préparation du sol. Classiquement, on règle le problème par un coup de motoculteur et on le passe plusieurs fois jusqu'à ce que la terre soit suffisamment meuble pour pouvoir effectuer les premiers semis et les premières plantations. On effectue ces opérations plutôt au printemps ou à l'automne. Si c'est l'automne qu'on choisit, on fera un  travail de dégrossissage, un labour "à grosses mottes", de manière à ce que gels et froidures hivernales ameublissent la terre qui sera alors beaucoup plus facile à travailler au printemps suivant.

 

Et si on n'a pas de motoculteur ?

Tout le monde n'a pas la possibilité de disposer d'un motoculteur, faute de moyens ou de surfaces suffisantes. Il n'y a plus dans ce cas, qu'a faire le travail à la bêche ou à s'intéresser à des techniques plus écologiques.

A savoir...

Respecter le sol

Le sol n’est pas inerte, mais vivant ! Quand on a bien intégré ça, on comprend que ce qu’on va faire sur son sol va avoir un impact sur la vie qu’il abrite. or la vie qu’il abrite, est la garante de la fertilité de tous les sols.

Le sol est organisé en couches (qui s’appellent en termes savants, des horizons). A chacune de ces couches, correspond une flore et une faune particulière. Dès lors qu’on sait cela, il est facile de comprendre qu’un labour, ou pire, qu’un fraisage, détruit toute l’organisation biologique de la terre et en perturbe complètement le fonctionnement. Tout votre sol est organisé en un magnifique et complexe écosystème : ce que vous y faites agit sur cet écosystème et ce n’est pas parce que vous ne voyez rien qu’il ne se passe rien !

Le travail du sol

Faut-il travailler le sol ou pas?

Il est étonnant de constater que quand on parle de ne plus labourer le sol de son jardin, on passe facilement pour un rigolo à tel point qu’il ne paraît pas envisageable de faire autrement : pour être pris au sérieux, il faut retourner, labourer, transpirer et …..utiliser du pétrole ou de l’huile de coude! Pourtant d’autres solutions existent, qui ont fait leurs preuves un peu partout sur la planète, inspirées de la permaculture : on fait travailler….les vers de terre et les organismes du sol.

Le rôle des vers de terre

Le rôle des vers de terre est primordial.  Par leurs galeries, ils permettent une meilleure aération et un meilleur drainage de la terre, ce qui favorise le développement racinaire des plantes. De plus, leurs excréments, les turricules sont très riches en éléments nutritifs :

  • 5 fois plus d’azote assimilable
  • 7 fois plus de phosphore
  • 11 fois plus de potassium
  • 2 à 3 fois plus de magnésium
  • 1,5 fois plus de calcium

Par l'apport de la matière organique, nourriture pour les vers de terre mais aussi pour l’ensemble de la vie biologique, on obtient une terre vivante et fertile !

 

Le lasagna bed ou jardin de lasagnes

Travailler son terrain à la bêche demande pas mal de force physique : attention aux problèmes de dos. Reste la technique du lasagna bed, encore appelée "technique du jardin en lasagnes". Très utilisée, cette méthode offre de nombreux avantages : pas besoin de motoculteur, pas de bêchage. On empile sur le sol, quel qu'il soit, différentes couches de matières organiques (déchets bruns, déchets verts), on en fait une butte qu'on recouvre de terreau ou de compost bien décomposé, et le tour est joué, on peut planter et semer.

Par rapport au travail du sol classique, le gain de temps est considérable. Seul inconvénient : avoir à sa disposition suffisamment de matières pour pouvoir monter la lasagne. Période idéale pour faire ça : l'automne ! Organismes du sol et vers de terre vont travailler tout ça pendant l'hiver et on aura dès le printemps une parcelle de culture souple et fertile, facile à mettre en culture. Haute de 50 cm au départ, elle va peu à peu se réduire sous l'action des décomposeurs et se rapprocher du niveau du sol.

Vie du jardin de lasagnes

Vous aurez ensuite le choix soit de la reconstituer, soit de la laisser au ras de terre. Vous veillerez dans ce cas à bien la garder paillée et à la travailler à la grelinette pour éviter que la terre ne se recompacte car alors, vous serez revenu au point de départ : vous devrez soit labourer soit bêcher!

Bien alimenté en matières organiques, le sol d'une lasagna bed, reste souple et facilement travaillable au croc ou à la griffe. (voir créer un lasagna bed)

Le jardin sur buttes

La butte demande pas mal de travail au départ, car il faut décaisser le sol pour la constituer. Mais une fois que c'est fait, vous êtes tranquilles pour des années. Le lasagna bed disparaît peu à peu, absorbé par le sol, la butte reste.

Dimension des parcelles

Quelle que soit la technique que vous employez (classique avec bêchage ou plus écologique avec lasagna bed ou buttes), je vous invite à déterminer une fois pour toutes vos parcelles. Elles ne devraient pas dépasser 1,20m de large, ce sera plus facile pour entretenir et pour récolter. Les allées resteront toujours aux mêmes endroits, inutile de tout retourner au printemps ! Pour la largeur des allées entre vos parcelles, prévoyez quand même le passage d'une tondeuse.

L'exposition

En la matière, on n'a pas toujours le choix. Si une situation ensoleillée paraît plus enviable, elle a aussi ces inconvénients. En effet, le fort ensoleillement amène des besoins d'arrosage plus importants. L'ombre n'empêche pas les légumes de pousser, contrairement à ce qu'on pourrait penser. L'agroforesterie (culture sous les arbres) est un courant de l'agriculture écologique en plein essor. Si votre jardin est ombragé  par des arbres, pensez à bien nourrir votre sol, c'est essentiel.

Une fois mis en place, pour le potager, comme pour  les cultures ornementales, respectez les règles suivantes :

Si vous n'y êtes pas obligés, ne retournez pas le sol, travaillez le  plus possible à l'horizontal

  • Nourrissez votre sol en lui apportant des matières organiques
  • Couvrez votre sol en hiver et pendant l'été
  • N'arrosez pas trop
  • N'utilisez aucun produit chimique
  • Diversifiez vos cultures
  • Plantez des plantes adaptées à votre climat et adaptées aux saisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *