Le Jardin d’épices

Chargement de la carte…

Adresse
44 rue de Noyen
Villuis
Île de France

77480
France


Le Jardin d’épices est un jardin d’acclimatation et d’expérimentation, situé dans le sud de la Seine et Marne. Ce jardin est conduit selon les techniques de l’agroécologie et selon les principes de la permaculture.

Des jardins dans le Jardin

Le Jardin d’épices est constitué de plusieurs jardins qui occupent les 4500 m2 du terrain. Avec le potager, le jardin exotique est le plus abouti. Le jardin sec est quasiment terminé ainsi que le jardin japonisant. La pampa et la roseraie sont en cours de création. Sur le jardin, il y a de grandes disparités de sols, d’exposition, ce qui crée autant de microclimats. Chaque jardin est conçu pour accueillir les plantes qui vont le mieux s’adapter à son microclimat. Mais l’objectif de tous ces jardins reste le même : contribuer à augmenter la biodiversité, tant des plantes sauvages que des plantes cultivées.

Le jardin exotique

Dans ce jardin sont regroupées les plantes qui nécessitent le plus de chaleur et d’humidité. Il se trouve au plus près de la maison, car l’ensemble des bâtiments ainsi qu’un long mur exposé plein sud crée un microclimat très favorable en piégeant la chaleur. Un basin apporte l’humidité par évaporation. Les plantes choisies le sont pour leur rusticité, leur esthétisme mais aussi leurs intérêts culinaires ou médicinaux. N’oublions qu’en période de réchauffement climatique, il peut être intéressant de diversifier notre alimentation avec des plantes qui survivront sans encombres aux étés très chauds qu’on nous prévoit pour bientôt. C’est aussi dans ce jardin que sont acclimatés les gingembres, les curcumas et bien d’autres épices. C’est ainsi que les épices qu’on utilise n’ont pas fait des milliers de kilomètres avant d’arriver dans la cuisine.

Le potager mandala

Le potager mandala, ainsi appelé à cause de sa forme, s’emboîte dans le jardin exotique. Là, sont cultivées tous les légumes classiques mais aussi des légumes moins courants. Les légumes vivaces, asiatiques ou Sud-Américains y sont notamment cultivés avec bonheur. Ce jardin est installé dans un autre microclimat. Ensoleillé le matin, il est à l’abri des trop fortes chaleurs tout en restant très lumineux. Il est aussi installé au milieu d’arbres fruitiers, comme un jardin forêt ou un jardin oasis.

La roseraie et le jardin méditerranéen

En cours d’installation, la roseraie sera installée sur une parcelle en plein soleil et sans aucun arrosage mais où le sol reste frais en profondeur. Les roses se mélangeront avec toutes sortes de plantes typiques du sud et d’autres qui acceptent de pousser à la dure. Ce sera le domaine des aromatiques, des grenadiers, des abricotiers et des pêches, des arbousiers, des pistachiers…

La pampa

Cette grande zone du jardin sera consacrée aux graminées, notamment les plus grandes. L’objectif est de fournir à termes tout le paillage nécessaire au jardin, mais aussi de diversifier les habitats.

Le jardin sec

Ce jardin est déjà en place, mais il va s’agrandir encore un peu. Installé sur un talus plein sud ou rien ne poussait, il accueille désormais  diverses cactées rustiques, des yuccas… Cette zone est très sèche, constamment ensoleillée, elle est un prolongement du jardin méditerranéen. C’est aussi une zone importante pour la biodiversité grâce aux plantes très mellifères qui y poussent (sedum, opuntias…)

Le jardin japonais

Sur la partie la plus au nord, ombragée par des grands arbres, un grand bouddha veille sur un grand massif d’azalées et de rhododendrons. Bientôt un bassin accueillant des lotus viendra compléter le tout. Ce jardin a pour vocation d’abriter les plantes qui ont besoin d’ombre, de fraîcheur, de terres acides. C’est là aussi que pousse la guimauve, l’ail des ours, la gaultérie couchée, les myrtilles…

Des jardins pleins de ressources

En installant pour chaque microclimat les plantes qui lui correspondent, chaque jardin est aussi un lieu plein de richesses et de ressources. Dans chacun, il y a des plantes comestibles (des arbres fruitiers, des plantes sauvages, cultivées, médicinales …) mais aussi des matériaux utiles pour limiter les intrants sur le jardin. Des plantes pour les purins (orties, consoudes…), paillage (pampa), feuilles et branches (BRF), matières azotées (tontes de l’herbe des allées). Et chacun de ces milieux est support à beaucoup de biodiversité (insectes, oiseaux, petits animaux, grenouilles, crapauds, tritons, poissons…). Le Jardin d’épices est un écosystème très productif tant en ressources qu’en biodiversité.

 

Évènements à venir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *